Partager la page

Actualités > Coronavirus : ce qu’on peut faire et ne plus faire

Actualité précédente

Coronavirus : ce qu’on peut faire et ne plus faire

Actualité précédente

Santé Société

Illustration de l'actualité
Partager la page

Face à la propagation du coronavirus, les mesures annoncées par le gouvernement ont un impact sur notre vie quotidienne. Tour d’horizon.

Dans les services du Département, les aides aux plus fragiles sécurisées

Le président du Département l’a réaffirmé vendredi, le Conseil départemental de l’Eure reste en ordre de marche pour assurer ses missions essentielles. En partenariat avec les services de l’État, une cellule de crise assure un suivi heure par heure de la situation.

L’enjeu : s’assurer que tous les services à la population continuent de fonctionner et garantir l’accompagnement et la protection des Eurois.

Pour le Département, il s’agit en effet de s’assurer prioritairement :

  • que les aides aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicap, ou encore les services de la protection de l’enfance (2 200 enfants concernés) continuent de fonctionner et que les allocations leur soient bien versées ;
  • que le service des routes, qui gère 4200 kilomètres de départementales et en assure la sécurité soit parfaitement opérationnel ;
  • que l’accueil social d’aide d’urgence reste ouvert sur tous les sites et que les plages horaires d’ouverture de la plateforme téléphonique dédiée (02.32.31.97.17.) soient élargies.

Pour Pascal Lehongre, « tout doit être fait pour concilier la mise en place de mesures sanitaires strictes et garantir la continuité de services publics qui sont importants pour la population et notamment les plus fragiles de nos concitoyens ».

Collèges : SOS devoirs et coworking

Pour favoriser le télétravail et aider au maintien de l’activité économique, les Eurois qui le souhaitent pourront se rendre dans l’un des 55 collèges du Département, où une salle de co-working leur sera dédiée, dans des conditions répondant aux recommandations sanitaires préconisées par les autorités de santé (distance de sécurité, lingettes et gels hydro-alcooliques).

Tous les collèges sont en effet connectés au Très Haut Débit, cette avance technologique prise dans les établissements va donc permettre aux salariés de pouvoir télé-travailler dans de bonnes conditions, dans tous les secteurs du département.

Cantines :  les surplus de denrées offerts aux « Restos du Cœur »

Afin d’éviter tout gaspillage et en fonction du nombre d’élèves et de personnels qui seront accueillis lundi dans les collèges, les denrées périssables en surplus seront mises à disposition des associations caritatives locales, dont les Restos du cœur.

Enfin, en l’absence de la quasi-totalité des élèves, les collèges feront l’objet d’une campagne de désinfection qui garantira des conditions de sécurité sanitaire optimales, lorsque les établissements rouvriront leurs portes.

En marge de ces mesures d’urgence, le Département étudie aussi toutes les options pour aider l’ensemble les acteurs économiques touchés (particulièrement les acteurs du tourisme et les petits commerces) et réfléchit d’ores et déjà aux contours d’un plan de relance de l’économie locale.

L’Espace Numérique de Travail (ENT) et la plateforme « SOS devoirs », mis à disposition par le Département aux collégiens vont trouver toute leur utilité durant cette période et garantir la continuité du lien enseignant-élève.

Les sites du Département

Château d'Harcourt depuis la passerelle en boisLes collèges restent ouverts mais uniquement pour accueillir les enfants dont les parents participent à la gestion sanitaire de la crise (professions de santé en particulier). L’ensemble des sites sociaux du Département restent ouverts et assurent leurs missions. Il est toutefois conseillé d’éviter de se déplacer dans la mesure du possible et préférer le contact téléphonique.

Pour ce qui est des sites touristiques départementaux d’Harcourt et Gisacum, ils sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. De même toutes les manifestations publiques (spectacles, sorties nature par exemple) sont reportées ou annulées (se renseigner auprès des organisateurs pour plus d’info).

Et dans ma vie quotidienne ?

Manger au restaurant : non.  Se faire livrer un repas : oui

Depuis samedi minuit, les restaurants ont fermé leurs portes, tout comme les bars, brasseries, cafés et discothèques. Ils resteront fermés jusqu’à nouvel ordre. En revanche les activités de vente à emporter et de livraison sont maintenues dans les restaurants et débits de boissons, avec la recommandation d’éviter tout contact.

Aller voir un film, une rencontre sportive ou un match ou nager à la piscine : non

Les cinémas sont fermés, tandis que tous les événements culturels et sportifs ont été annulés et les rassemblements publics de plus de 100 personnes ont été interdits à l’échelle nationale. Les musées, théâtres, opéras, piscines ferment.

Rentrer de vacances : oui. Partir : non

Les transports longue distance vont être drastiquement réduits : trafic ferroviaire bientôt divisé par deux – pour les TGV et les Intercités -, à partir de mardi, et seulement quelques vols internationaux vers États-Unis, Afrique, Outre-mer et quelques vols domestiques. La SNCF va adapter son offre pour permettre aux Français de rentrer de vacances, et de quitter les stations de ski, fermées depuis dimanche.

Prendre les transports, un taxi ou un VTC : oui

Les transports en commun dans les agglomérations sont maintenus. Les transports en taxi et VTC sont maintenus. En revanche, les transports scolaires sont à l’arrêt.

Travailler : oui, quand télé-travailler est impossible

Fortement conseillé par le gouvernement, le télé-travail est possible pour à peu près un emploi sur trois. Les parents devant garder des enfants de moins de 16 ans et ne pouvant y recourir ont droit à un arrêt maladie avec indemnités journalières dès le premier jour. Les autres pourront se rendre à leur travail.

Faire ses courses au supermarché ou à l’épicerie : oui

Les supermarchés et épiceries resteront ouverts. Leur approvisionnement en produits alimentaires et de première nécessité sera garanti dans les jours et les semaines à venir, a assuré le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Il n’y aura pas de rationnement a-t-il assuré, appelant les Français à ne pas s’y ruer pour acheter plus que de besoin.

A noter que les espaces culturels et les cafétérias de la grande distribution seront fermés.

Aller en cours : non. Étudier à distance : oui

Écoles, collèges, lycées et universités du pays ferment lundi, au moins jusqu’aux vacances de printemps, ce qui concerne plus de 12 millions d’élèves et 2,6 millions d’étudiants. Trois à quatre heures d’enseignement par jour – exercices en ligne, classe virtuelle en visioconférence- doivent être proposées.

Les examens et les concours de recrutement sont reportés et les candidats seront informés par mail annonce ce dimanche le ministère de l’Éducation.

Faire garder son enfant : seulement pour le personnel soignant

Un service de garde doit être mis en place région par région, pour les personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, a annoncé Emmanuel Macron jeudi.

Acheter ses médicaments ou les croquettes du chat : oui

À l’instar des pharmacies, les parapharmacies resteront ouvertes, tout comme, a annoncé Bruno Le Maire dimanche, les animaleries et les magasins d’alimentation pour animaux.

Aller à la banque, acheter son journal et ses cigarettes : oui

Les établissements bancaires resteront ouverts, tout comme les débits de tabac. Les marchands de journaux aussi peuvent continuer leur activité.

Se faire opérer : non, sauf urgences

Toutes les capacités hospitalières nationales et le maximum de médecins et de soignants sont mobilisés, et les soins non essentiels sont reportés dans les hôpitaux.

Pratiquer sa religion : cela dépend

Face à l’épidémie, les différents cultes s’organisent. Des messes sont toujours célébrées dans les églises catholiques et des offices dans les synagogues, mais avec des distances minimales entre les fidèles. En revanche la Grande mosquée de Paris a fermé. Toutes les mosquées ont été appelées par le Conseil français du culte musulman à suspendre l’organisation des prières du vendredi jusqu’à nouvel ordre. Pour le culte protestant, certaines églises ont demandé à fermer.

Restez informés

Attention aux fausses nouvelles qui se répandent sur les réseaux sociaux notamment. Les sites les plus sûrs et les mieux informés restent les sites gouvernementaux.

Pour les questions relatives à la santé : ministère des solidarités et de la santé

Pour les questions économiques liées au covid-19 : ministère de l’économie

 

Les gestes barrières : le bon réflexe

Les gestes barrières sont simples à mettre en oeuvre mais aussi efficaces pour vous et pour les autres.

Ces actualités peuvent vous intéresser

















Dispositions relatives à la protection des données : Les informations recueillies dans ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique, auquel vous consentez, destiné à instruire votre demande. Elles sont conservées pendant toutes la durée de votre inscription à la newsletter et elles sont destinées au Conseil Départemental de l'Eure. Conformément à la loi, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Si vous souhaitez exercer ce droit, veuillez formuler votre demande auprès du Département de l’Eure – Hôtel du Département – Direction des Systèmes d’Information – Délégué à la protection des données – 14 Boulevard Georges Chauvin – 27021 EVREUX Cedex.