Partager la page

Le Département au secours des oubliés du mobile

En-tête page
Partager la page

Même si cela n’est pas inscrit dans ses compétences, le Département agit et accompagne les communes dans l’amélioration de la couverture mobile.

Les Eurois ne sont pas égaux devant la téléphonie mobile. Dans le département, il existe encore en effet quelques zones blanches, c’est-à-dire celles où aucun opérateur n’est présent. Mais il existe aussi, et elles sont plus nombreuses, des zones grises où, sans être hors de portée de tout réseau, le signal est trop faible ou instable et rend l’usage « data » des smartphones quasi impossible alors que leur utilisation prend une place de plus en plus importante dans nos quotidiens.

Facteur d’attractivité

Dès 2015, et alors que la téléphonie mobile n’entre pas dans le champ des compétences départementales, Sébastien Lecornu, alors président du Département, prend le dossier à bras le corps. « Ces zones blanches et grises font partie des nouvelles inégalités territoriales contre lesquelles il faut lutter. Aujourd’hui l’attractivité d’un territoire passe aussi par cette couverture mobile indispensable pour les habitants, pour les acteurs économiques, pour les acteurs du tourisme et même pour la sécurité ».

Les opérateurs de téléphonie relancés

Un premier diagnostic a été lancé auprès des acteurs eurois. Les élus, au fait des réalités du terrain de leur commune mais aussi les agriculteurs, ont été questionnés sur la qualité du réseau de téléphonie mobile. Opérateur par opérateur et en fonction des lieux, ils ont été invités à renseigner la présence -ou non- d’un réseau et à juger de sa qualité.

Le résultat de ces questionnaires, croisé avec les données disponibles de l’ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des postes), de l’ANRF (agence nationale des fréquences radioélectriques) et des opérateurs de téléphonie, a permis de dresser un premier état des lieux des communes euroises les plus pénalisées.

Pour approfondir cette première analyse et l’étayer avec des éléments techniques, une entreprise spécialisée a été missionnée par le Département pour lancer une campagne de mesures sur le terrain. 202 communes, classées par ordre de priorité, ont été retenues pour cette campagne.

Accompagner les communes

Depuis le Département accompagne les communes dans les plans nationaux mis en place pour résorber les zones blanches.

13 communes concernées pour le premier plan en voté en 2015 à savoir : Saint-Cyr-la-Campagne ;  Gaudreville-la-Rivière ; Livet-sur-Authou ; Brosville ; Sainte-Marthe ; Saint-Pierre-du-Val ; Saint-Christophe-sur-Condé ; Saint-Denis-le-Ferment ; Bézu-la-Forêt ; Martagny ; Mainneville ; Mesnil-sous-Vienne ; Feuguerolles.

Pour les accompagner, le Département a assuré l’interface avec les opérateurs dans le cadre de la recherche de sites d’implantation des pylônes. Plus de 110 000 € ont été dépensés en frais d’études (assistance à maîtrise d’ouvrage, photos panoramiques, élaboration des dossiers d’implantation, rédaction des permis de construire, études topographiques, plans d’élévation…). Le Département a également décidé de participer aux coûts de raccordement électrique des 11 terrains identifiés en prenant en charge 80 % du coût de raccordement au réseau électrique.

7 communes et 5 sites retenus en 2018 dans l’accord conclu entre l’État et les opérateurs pour garantir une couverture mobile de qualité d’ici 2020. Il s’agit de : Baux-de-Breteuil ; Bémécourt ; Neaufles-Auvergny ; Saint-Antonin-de-Sommaire ; Le Lesme ; Orvaux ; Sylvains-les-Moulins.

Des boitiers Femtocell proposés aux communes

De façon complémentaire, le Département propose aux communes qui le souhaitent de financer l’installation de boitiers Femtocell qui permettent d’améliorer la couverture mobile grâce à une connexion internet haut débit.

56 communes ont manifesté leur intérêt pour cette solution. Près d’une centaine de boitiers a été installée au 1er trimestre 2019.

Les actions du Département depuis 2015

  • Enquêtes maires et agriculteurs : 499 réponses / 401 communes représentées.
  • Mesures en 2015 : 202 communes.
  • Participation au plan Macron1 : 13 communes identifiées.
  • New deal 2018 : 5 sites retenus pour couvrir 7 communes supplémentaires.
  • Femtocell : 98 boitiers pour équiper 56 communes.
  • 23 nouveaux pylônes et 178 nouvelles antennes installés depuis 2015.
  • 11 nouveaux pylônes en 2019 / 10 nouveaux pylônes en 2020.
Partager la page