Partager la page

Détecter la radicalisation, dès les premiers signes

Partager la page

Depuis 2016, le Département se mobilise dans la lutte contre la radicalisation et mène notamment un travail innovant de sensibilisation dans la détection de ses premiers signes.

Compte tenu de ses compétences, le Département est en contact avec des publics qui peuvent être la cible des discours d’endoctrinement et d’embrigadement. Collégiens ou personnes en difficulté sociale sont des proies de choix pour les prosélytes.

Aux services de l’État appartient le traitement sécuritaire et judiciaire du problème. Mais plus largement la prévention doit être l’affaire de tous.

Ainsi le Département a créé, dès 2016, une mission de lutte contre la radicalisation favorisant le repérage des situations avant le basculement dans la violence ou un départ pour les zones de combat mais proposant aussi de mieux accompagner les personnes repérées et leurs familles.

L’Eure est le seul Département à avoir créé en son sein une telle mission puis à avoir créé, sous la forme d’un groupement d’intérêt public (GIP), un centre « ressources » traduisant la complémentarité des compétences respectives de l’État et du Département. Cette initiative inédite en France a reçu le soutien financier du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Cette expérience a également inspiré les autres Départements normands (le G5 normand) qui ont signé, en avril 2018, un protocole d’engagement sur la prévention de la radicalisation piloté par l’Eure.

Une action concrète et des résultats avérés

Depuis sa création, la mission de lutte contre la radicalisation du Département de l’Eure ce sont :

  • 212 séances de sensibilisation ou de formation ;
  • 2036 élus, bénévoles et professionnels formés ;
  • intervention dans les 55 collèges publics du Département au profit des agents du Département ;
  • 35 situations préoccupantes signalées à l’État.

De nouvelles actions et également des appels à projet sont proposés notamment en direction des chefs d’établissements scolaires afin d’accroître l’efficacité du travail de cette mission dans les mois et les années à venir.

Partager la page