Partager la page

Actualités > Cinq anciens religieux réinhumés à l’abbaye de Saint-Wandrille-de-Fontenelle

Actualité précédente

Cinq anciens religieux réinhumés à l’abbaye de Saint-Wandrille-de-Fontenelle

Actualité précédente
8 février 2021

Culture Patrimoine

Illustration de l'actualité
Partager la page

C’est un moment rare, chargé de sens et de symbolique que des archéologues ont vécu jeudi 28 janvier dans l’abbaye de Saint-Wandrille en Seine-Maritime.

En 2018, les archéologues de la MADE (Mission archéologique départementale de l’Eure) et de I’Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) mènent une de leurs campagnes de fouilles préventives. Elle se déroule sur le tracé d’une canalisation à enterrer sur ce site historique de la commune de Rives-en-Seine, dans le département de Seine-Maritime. C’est dans ce cadre qu’ils exhument les corps de cinq moines de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe s.) de l’abbaye de Saint-Wandrille-de-Fontenelle.

restes de moines de l'abbaye de saint-wandrille en seine-maritime
Lors de fouilles archéologiques, les restes de plusieurs moines de l'abbaye de Saint-Wandrille ont été mis au jour

Exceptionnellement rendus à la communauté religieuse

Habituellement, les ossements humains découverts par des archéologues sont conservés dans des réserves spécifiques. En effet, ils participent de la connaissance scientifique des caractéristiques et des évolutions du corps humain, en fonction de l’âge et du sexe, des milieux sociaux et environnementaux, des changements climatiques, des maladies et des épidémies, etc…

Exceptionnellement et afin que la communauté religieuse encore active à Saint-Wandrille puisse « remplir le devoir des fidèles d’ensevelir les morts », les restes des anciens moines sont revenus sur le lieu de leur découverte. Après avoir été méticuleusement mis au jour, prélevés et étudiés, ils ont été restitués à la communauté religieuse de l’abbaye qui vient de leur offrir une réinhumation.

Les ossements des cinq moines ont fait l'objet d'une cérémonie de réinhumation sur les lieux même de leur découverte

Les restes des défunts retrouvent le repos éternel

Ainsi, jeudi 28 janvier 2021, Gilles Deshayes, archéologue médiéviste de la MADE, responsable de la fouille, et Aminte Thomann, anthropologue à l’Inrap ont assisté à cette cérémonie. Des petits caveaux en ciment contenant les ossements des cinq moines ont été redéposés à l’endroit même de leur découverte, au-dessus de la canalisation aujourd’hui achevée. Sur des plaques métalliques, quelques informations glanées sur les défunts ont été gravées. Parmi eux, Dom Laurent Carrel, scribe de l’abbaye († 1730), et Dom Pierre Esnot († 1734), tous deux religieux de la Congrégation de Saint-Maur.

Cette remise en terre a fait l’objet d’une cérémonie religieuse de la part des membres de la communauté avec chants liturgiques et lecture du livre du prophète Ezéchiel.

Il s’agit d’un moment rare pour les scientifiques. En effet, restituer les ossements de ces religieux à leurs lointains successeurs, dans une atmosphère baignée de chants et d’encens, constitue un instant privilégié qui confie à l’archéologue un rôle particulier : celui de faire revivre la mémoire. »

Partager la page

Ces actualités peuvent vous intéresser

















Dispositions relatives à la protection des données : Les informations recueillies dans ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique, auquel vous consentez, destiné à instruire votre demande. Elles sont conservées pendant toutes la durée de votre inscription à la newsletter et elles sont destinées au Conseil Départemental de l'Eure. Conformément à la loi, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant. Si vous souhaitez exercer ce droit, veuillez formuler votre demande auprès du Département de l’Eure – Hôtel du Département – Direction des Systèmes d’Information – Délégué à la protection des données – 14 Boulevard Georges Chauvin – 27021 EVREUX Cedex.